Sud-Ouest

Notre sélection des vins du Sud-Ouest
image

L'été est arrivé !

Découvrez nos vins rosés !
image

Les vins bio

Notre sélection de vins en AB et biodynamie !
image

Spiritueux

Notre cave à spiritueux avec ses whiskys, rhums et autres vous attendent parcequ'il n'y a pas que le vin.
image

Plaisirs du vin

"Le travail des hommes… ne vaut que si nous lui portons toute notre attention"

La rencontre de deux fortes personnalités : Didier Raynal et Patrick Bertossi. 

Une amitié aux accents du Sud-Ouest. Une passion commune. 

C’est ainsi que l’histoire de Plaisirs du Vin commence, avec pour seul objectif de partager ce goût pour le vin et la gastronomie avec le plus grand nombre. 

 

Derrière chaque bouteille de vin il y a une femme, un homme, sa sueur, ses doutes, ses convictions...

Notre philosophie : 

« Le travail des hommes ne vaut que si nous lui portons toute notre attention » 

Depuis 30 ans maintenant nous jouons le rôle de passeur entre vous, amateurs, et eux, vignerons. Cela ne peut se faire que dans le respect du travail accompli, dans la recherche du beau, du bon et surtout du goût pour les rencontres, pour les gens et leur terroir. 

C’est cette dynamique et cette curiosité constante qui nous permettent, aujourd’hui, de collaborer avec plus de 650 vignerons et d’être fiers de pouvoir vous proposer un éventail riche de quelques 6000 cuvées.

 

Notre équipe de cavistes travaille au plus près des domaines, en lien direct avec le monde de la vigne. 

Rien n’est jamais considéré comme acquis : leur formation est permanente. 

Dans chaque boutique Plaisirs du Vin vous trouverez une personne à votre écoute, vous assurant un conseil précis et personnalisé, que cela concerne le service, la garde ou les accords mets et vins envisageables. 

On ne choisit pas une bouteille au hasard, chaque vin est porteur de son histoire, nous sommes là pour vous la raconter. 

Top rosés

Top blancs

Olivier Pithon

Initié aux vins dès ma plus tendre enfance par un grand-père maternel vigneron en Anjou, je suis, comme qui dirait, tombé dedans quand j’étais petit. 
Dès l’âge de 14 ans, j’ai travaillé dans les vignes par apprentissage dans mon Anjou natal. Sensibilisé très tôt à la qualité, j’ai quitté à 18 ans révolus, mes terres maternelles pour continuer ma formation dans la région bordelaise. Les études enfin terminées, j’ai pu me concentrer pleinement à ma passion de la terre et du vin.

D’expérience en expérience, cinq ans se sont écoulés à travailler dans le Bordelais (Saint-Émilion) gravissant peu à peu les échelons de la connaissance. La vie m’a fait rencontrer beaucoup de gens et entre autres, Stéphane Derenoncourt, vinificateur autodidacte du bordelais. J’ai découvert avec lui la sensibilité, comment les vins peuvent devenir plaisir, équilibre et légèreté. L’amour du travail bien fait, la précision dans le choix des interventions, l’importance de la dégustation dans l’élaboration des vins, le respect de la matière première.

Parfois, une rencontre change beaucoup.
Naturellement est venu le désir profond et nécessaire de voler de mes propres ailes, ou de vinifier mes propres vignes.

Fin 2000, je me suis mis à la recherche d’un lieu de vie, d’un lieu où je pourrais vivre cette passion de la terre et du vin. J’ai été comme attiré par Calce, dans les Pyrénées-Orientales, comme s’il ne pouvait y avoir d’autres endroits où je pourrais vivre cette aventure.

Le rêve irréalisable, avoir ses vignes, ses barriques, son vin se réalisait : un vrai conte de fées ! Le premier jour dans mes vignes reste à jamais gravé dans ma mémoire : 03 janvier 2001. Commune de Calce. Vieux Carignan plantés par un certain Saturne en 1940. Vue imprenable sur la Méditerranée, les Corbières, les Pyrénées. Sécateur à la main. Tête baissée. L’aventure de ma vie commençait alors.

Thierry Germain, Domaine des Roches Neuves

Á 23 ans, Thierry Germain débarque de son Bordelais natal.
Choc thermique. Il faudra vingt ans à la douceur angevine pour l'amadouer. Le girondin fougueux a fini d'imposer. Il s'est posé, a grandi, jusqu'à se faire plus petit que le végétal auquel il est soumis. Les yeux grands ouverts sur le vent qui conditionne le vin.

La biodynamie n’est pas un mode de culture, c’est un mode d’ouverture qui ne se conçoit que si l’équipe se l’approprie et s’implique.

En rognant, on relance la production des feuilles. En laissant la plante dans son cycle, jusqu’à l’aboutissement des vrilles, elle va alors se tourner vers son fruit pour le nourrir (de même : ne pas tondre, laisser aller chaque plante jusqu’à la graine qui propage la diversité et favorise aussi celle des levures).
L’équilibre de la plante et du sol permettent une récolte plus précoce, la maturité est gagnée avant l’escalade des degrés, la minéralité préservée avant son affalement dans les surmaturités et la tension salvatrice se fait grâce à une « acidité mûre », bien loin de celle qui provient d’un végétal perfusé…


La terre nourricière couve la vie. Ce cordon maternel est l’objet de toutes les attentions pour que le végétal s’élance enfin vers l’air et la lumière, son énergie vitale.

6000 références en magasin

Livraison offerte à partir de 240€

Paiement en ligne sécurisé

Livraison à domicile ou retrait en magasin